Blog

Blog d'actualités juridiques

Le droit d’assistance du suspect par un avocat lors de la garde à vue : un droit en passe d’être intégré dans le système pénal algérien

 

Le droit d’assistance du suspect par un avocat lors de la garde à vue :

un droit en passe d’être intégré dans le système pénal algérien

Ceux qui avaient des réticences à croire à la réforme du système judiciaire algérien notamment dans son volet en rapport avec le respect les droits de l’homme  ont été fortement surpris de lire la déclaration du ministre de la justice et selon laquelle,je cite « Le projet du code de procédure pénale prévoit notamment l’introduction, pour la première fois dans l’histoire de la justice algérienne, d’une nouvelle clause qui consacre le principe du droit de l’accusé ou du suspect placé en garde à vue par la police judiciaire, à la présence de son avocat lors de l’enquête préliminaire. ».Le juriste ou l’avocat algérien habitué des arcanes des palais de justice et bien au fait de la législation pénale nationale qui somme toute est beaucoup plus répressive que protectrice a dû relire à plusieurs reprises cette déclaration pour s’assurer qu’il ne s’agit pas d’une erreur.

Autoriser l’avocat à assister aux interrogatoires  des personnes soupçonnées de commission d’une infraction à la loi pénale et ce lors de l’enquête préliminaire diligentée par les différents services de sécurité ne sera  ni plus ni moins qu’une révolution dans la pratique judiciaire pénale algérienne. Beaucoup de pays pourtant développés et au système judiciaire très performant  et très protecteur des droits de l’homme avaient longtemps hésité à instaurer le principe de la présence de l’avocat  au cours de l’enquête préliminaire. En France par exemple, ce n’est qu’en 2001 que la loi permet à l’avocat d’assister la personne suspectée dès la première heure de la garde à vue.Et il a fallu attendre 2014 pour que la loi française généralise le principe de la présence de l’avocat aux personnes soupçonnées faisant l’objet d’une audition libre .

Si on se réfère à la déclaration du ministre de la justice , il s’agirait  en fait de la présence de  l’avocat lors d’une  garde à vue ce qui pourrait exclure les personnes auditionnées par la police judiciaire sans être soumis à ce régime. Même si c’est le cas on serait devant une avancée indéniable dans le domaines du respect des droits de l’homme .En vérité ,si l’assistance d’un avocat lors de l’enquête de police n’est pas mentionnée par le code de procédure pénale , à l’inverse  elle n’est pas expressément interdite. Au contraire  cette procédure est conforme à notre système  juridique notamment  à l’article 14 § 3b du Pacte international relatif aux droits civils et politiques ratifié par l’Algérie qui énonce que : « Toute personne accusée d’une infraction pénale a le droit à disposer du temps et des facilités nécessaires à la préparation de sa défense et à communiquer avec le conseil de son choix ».

Il est bien vrai qu’instituer le principe  du droit d’accès à un avocat dans le cadre de l’enquête diligentée par la police judiciaire  n’est pas chose aisée surtout dans les pays comme l’Algérie oû les moyens d’investigations humains et techniques font défaut et oû une grande partie des procédures judiciaires renvoyées devant les tribunaux se fondent sur les aveux du prévenu arrachés au cours de l’enquête préliminaire. S’il est vrai aussi que ce droit compliquera le travail des enquêteurs ,  par contre il obligera ces derniers à plus d’assiduité et de sérieux dans les enquêtes pénales et ne plus se satisfaire d’aveux qui pourraient être arraché par des moyens condamnables ou inavouables.

S’il faut saluer ce projet de loi  qui fera rentrer l’Algérie dans le cercle des rares pays  qui autorisent la présence de l’avocat au cours de l’enquête policière , une loi qui d’après le ministre de la justice  est actuellement déposée sur le bureau de l’APN, il est pour le moins bizarre et consternant que c’est une institution censée promouvoir et protéger les droits de l’homme en l’occurrence la Commission nationale consultative de promotion et de protection des droits de l’Homme qui , par la voix de son président qui a émis des réserves sur la pertinence de ce projet de loi.En évoquant ce projet lors d’une interview le président de cette institution déclara , je cite « «Je ne vois pas la nécessité de la présence de l’avocat devant les enquêteurs de la police judiciaire ».En contrepartie et pour faire bonne figure il proposa  une autre alternative qui se résume à l’installation   de caméras de surveillance à l’intérieur des commissariats de police .Pour étayer son argumentaire , il cite le cas de l’Espagne où le gouvernement a pris la décision d’installer des caméras à l’intérieur des commissariats de police, des brigades de gendarmerie et dans les tribunaux.

En tant qu’avocat et homme de loi  ,le président de la Commission nationale consultative de promotion et de protection des droits de l’Homme devrait savoir que le principe de la présence de l’avocat au cours des premières heures de l’interrogatoire du suspect devant la police judiciaire  constitue l’un des socles  de l’Etat de droit.Il est le garant d’une justice respectueuse des droits de l’homme et du citoyen. Le droit à la présence de l’avocat lors des enquêtes policières  a toujours été une exigence du Comité des Nations unies contre la torture  qui recommande dans le cadre de la prévention contre les mauvais traitements, aux Etats, d’assurer aux personnes privées de liberté, le respect de leur droit à l’assistance d’un avocat .Ce principe est en outre expressément prévu par le Pacte international relatif aux droits civils et politiques que l’Algérie a ratifié .Le rêve de tout défenseur des droits de l’homme et encore plus de tout avocat est de voir le système judiciaire auquel il appartient  permettre au suspect d’une infraction de consulter son avocat  dès le début de sa garde à vue.  

Dire que le principe de l’assistance de l’avocat lors de l’enquête préliminaire  n’est  pas nécessaire donc inutile est une ineptie. Remplacer cette procédure par celle permettant d’installer des cameras dans les locaux de la police judiciaire oû  se déroulent les interrogatoires n’apporte rien à la question du respect du droit du suspect à la présence de son avocat et à  son corollaire,son droit de se taire et de ne faire aucune déclaration. L’officier de police pourra toujours hors la présence de la camera exercer des contraintes physiques ou morales sur le suspect pour le faire passer aux aveux.Quant à l’exemple espagnole,le président de la Commission nationale consultative de promotion et de protection des droits de l’Homme a omis de mentionner qu’en sus de l’obligation de la  présence de caméras lors des interrogatoires ,l’Espagne a érigé le droit à l’assistance de l’avocat au cours de l’enquête policière en règle constitutionnelle puisque l’article 17-3 de la Constitution espagnole de 1978 énonce que : "  Toute personne arrêtée doit être informée, immédiatement et d’une façon qui lui soit compréhensible, de ses droits et des raisons de son interpellation ; elle ne peut être obligée de faire une déclaration. L’assistance d’un avocat est garantie à la personne arrêtée dans le cadre des enquêtes policières ou judiciaires aux formes que la loi établira ».

La déclaration laconique du ministre de la justice ne permet pas d’évaluer l’ampleur de la réforme envisagée.Le principe de la présence de l’avocat lors de la garde à vue dans les locaux de la police judiciaire étant acquis,il restera à préciser les modalités de son application .Ces modalités suivant leur forme peuvent soit élargir le champ d’exercice de ce principe  soit le restreindre.Certaines législations ont opté pour une application extensive en autorisant  l’assistance d’un avocat dès la première heure de garde à vue et qu’elle que soit la gravité de l’infraction objet de l’enquête préliminaire.D’autres pays ont opté pour un système plus rigide qui n’autorise l’assistance d’un avocat qu’à compter d’une certaines période de la garde à vue tout en l’excluant pour les auditions et interrogatoires libres c'est-à-dire les cas ou le suspect n’est pas gardé à vue.Concernant l’Algérie,il reste à savoir si la réforme envisagée est portée par l’ensemble des institutions oû n’est-elle qu’un projet émanant du seul ministre de la justice.La sortie tonitruante et incompréhensible du président de la  Commission nationale consultative de promotion et de protection des droits de l’Homme pourrait refléter les appréhensions de certains cercles de décision notamment sécuritaires qui peuvent s’inquiéter des effets que peut induire la réforme envisagée.Espérons que la déclaration  du président de la Commission nationale consultative de promotion et de protection des droits de l’Homme n’est pas une sorte de préparation de l’opinion publique à un probable report ou refus de cette réforme.

 

 

Les difficultés d’exécution dans le nouveau code de procédure civile et administrative

Les difficultés d’exécution dans le nouveau code de procédure civile et administrative

- Commentaire d’un arrêt du Conseil d’Etat -

 

Par arrêt en date du 15 /01/2015 ,dossier n° 94789 ,la cinquième chambre du Conseil d’Etat dans sa formation élargie  s’est prononcée sur la question qui fait polémique et qui est en rapport avec la compétence d’attribution en matière de difficultés d’exécution des jugements des tribunaux administratifs.

Très souvent et beaucoup plus aujourd’hui au vu de l’inflation des affaires portées devant les juridictions administratives, des difficultés   apparaissent lors des opérations d’exécution des jugements administratifs diligentées  par l’huissier de justice. Le principe  est que c’est le juge des référés qui est compétent. Le problème qui s’est posé tant à la Cour suprême qu’au Conseil d’Etat est celui de fixer la nature de la juridiction compétence pour juger les actions ayant pour objet de lever ces difficultés ? Est-ce le juge des référés de la juridiction qui a rendu la décision c'est-à-dire celui du tribunal administratif ou est-ce le juge des référés du tribunal de droit commun ?

 

 

Lire la suite

Le référé-liberté : un outil efficace pour la protection des libertés fondamentales.

A l’instar des législations les plus évoluées , le nouveau Code de procédure civile et administrative algérien de 2008 a prévu une procédure particulière par laquelle le juge administratif peut d’une façon énergique et rapide sanctionner un acte émanant d’une autorité administrative portant atteinte à une liberté fondamentale. Il s’git du « référé-liberté »  prévu par l’article 920 du Code de procédure civile et administrative (CPCA).

Cet article 920 du CPPA énonce ce qui suit :« Statuant sur la demande visée à l’article 919 ci-dessus , justifiée par l’urgence, le juge des référés peut ordonner toutes mesures nécessaires à la sauvegarde des libertés fondamentales auxquelles des personnes morales de droit public ou des organismes dont le contentieux relève des juridictions administratives auraient porté, dans l’exercice de leurs pouvoirs, une atteinte grave et manifestement illégale ».

Lire la suite

Faux départ pour les procès du siècle ?

Faux départ pour les procès du siècle ? 

On dit que deux défis se dressent devant l’humanité : maîtriser la fusion à froid et juger un ministre de la République en Algérie. C’est très exagéré. La fusion à froid, on finira par y arriver.

Trois procès retentissants mettant en cause directement ou indirectement d’anciens ministres soupçonnés de complicité quoique non concernés par les arrêts de renvoi de la chambre d’accusation   vont être jugés lors de la présente ou prochaine session des tribunaux criminels d’Alger et de Blida. Il s’agit de la fameuse affaire Sonatrach I en attendant la II, l’affaire du projet de l’autoroute Est-Ouest qualifié de projet du siècle qui s’est converti en procès du siècle et l’affaire Khalifa bis qui revient sous une double casquette :l’affaire telle qu’elle a été déjà jugée par le tribunal criminel  de Blida mais qui revient devant la même juridiction après cassation et la même affaire mais mettant en cause le seul accusé principal en l’occurrence Abdelmoumène khalifa qui a été condamné par contumace et sera rejugé suite à son extradition.

 

Lire la suite

Le fonds de pension alimentaire

La loi du 04 janvier 2015 instituant un fonds pour la pension alimentaire a été publiée au journal officiel n° 01 du 07 janvier 2015.Cette loi très attendue met fin à la situation intenable des femmes divorcées auxquelles la garde des enfants a été confiée par décisions de justice.

Lire la suite

La prescription acquisitive (l’usucapion) ou comment acquérir un immeuble par la simple possession

 

La prescription acquisitive  (l’usucapion)

Ou  comment acquérir  un immeuble par la  simple possession

Dans beaucoup de dossiers que le juge est amené à trancher et qui met en cause la propriété immobilière, le justiciable  qui  avait en sa possession un immeuble ou un droit réel immobilier  (terrain , exploitation agricole, appartement, villa , passage …) peut être confronté à une situation susceptible de remettre en cause sa proporiété.Il n’est pas rare que le possesseur d’un immeuble est assigné en justice par une partie qui revendique ce même immeuble en excipant d’un acte de propriété.Dans bien des cas et par ignorance de certaines  règles du droit de propriété , le possesseur de l’immeuble est dépossédé au profit du détenteur de l’acte portant sur le même immeuble. Le juge lui-même peut être induit en erreur en privilégiant le détenteur de l’acte au possesseur effectif de l’immeuble en méconnaissance totale de la prescription acquisitive appelée aussi «  usucapion ».

 

Lire la suite

Des propos diffamatoires dirigés contre la mémoire des morts sont-ils passibles de poursuites pénales en l’absence d’un texte exprès ?

LE DELIT DE DIFFAMATION

Des propos diffamatoires dirigés contre la mémoire des morts

sont-ils  passibles de poursuites pénales  en l’absence d’un texte exprès ?

Ces derniers jours une vive polémique a suivi  les déclaration de Mr.Said Sadi l’ex- président du RCD qui , lors d’une réunion publique,a fustigé le parcours de certaines figures historiques décédées en l’occurrence les ex-chefs d’Etat Ahmed Ben Bella et Ali kafi ainsi que l’ancienne figure emblématique du mouvement national Messali Hadj.Suite aux propos tenus à l’encontre de ces personnalités, propos qui ont été considérés comme diffamatoires , le parquet d’Alger a rendu public un communiqué par lequel il a annoncé la mise en mouvement d’une action publique par saisine d’office à l’encontre de l’auteur de ces propos  pour délit de diffamation.

 

Lire la suite

L'autorité de la chose jugée au pénal sur le pénal

Le prévenu peut-il être condamné

deux fois pour les mêmes faits ?

Le prévenu condamné pour avoir commis un fait pénalement punissable  peut-il encourir une autre peine pour le même fait dans l’hypothèse ou une autre victime du même fait porte plainte ? La réponse est positive si on se réfère à une récente décision de la chambre correctionnelle  de la Cour suprême rendu le 29/05/2014 sous le numéro 561073 (arrêt non publié) Voir l'arrêt   .Cette jurisprudence de la Cour suprême est-elle justifiée au regard des principes qui régissent cette question ? Il s’agit ici du principe de l’autorité de la chose jugée qui s’attache aux jugements et plus précisément le principe de la chose jugée au pénal sur le pénal exprimé par l’adage « non bis in idem ». 

 

Lire la suite

Le monopole de l’ANEP sur la publicité institutionnelle : un monopole en marge de la loi ?

Le monopole de l’ANEP sur la publicité institutionnelle : un monopole en marge de la loi ?

Article publié dans le quotidien El Watan du 24/11/2014

Le monopole de l’Agence nationale d’édition et de publicité (ANEP) sur la publicité institutionnelle a soulevé et soulève encore des questionnements sur la légalisé de ce monopole.Le mécontentement des parties lésées par ce monopole notamment la presse privée a été exacerbé par des déclarations de responsables du secteur de l’information selon lesquelles seule l’ANEP est autorisée à gérer la publicité des annonceurs publics. Ce monopole est-il légal au vu des textes législatifs et réglementaires régissant les activités commerciales notamment l’activité en rapport avec la publicité ? Pour répondre à cette question,il faudrait remonter à l’origine de la création de l’ANEP et le contexte dans lequel a été institutionnalisé le monopole sur la publicité commerciale.

Lire la suite

La Cour supreme et la cassation sans renvoi

La Cour suprême et la cassation sans renvoi

La Cour suprême est juge du droit et son rôle et d’exercer son contrôle sur la bonne application de la loi par les juges des cours et des tribunaux. Etre juge du droit implique à contrario que la Cour suprême n’a pas pour mission de juger le fond du droit c'est-à-dire rejuger l’affaire qui lui est soumise par la voie du pourvoi en cassation. En principe si cette haute juridiction estime que la décision qui est soumise à son contrôle a été rendue en violation de la loi , il ne lui revient pas de juger elle-même le litige mais doit renvoyer le dossier pour qu’il soit à nouveau jugé par la même juridiction autrement composée ou par une autre juridiction de même ordre et de même degré .C’est le principe de LA CASSATION AVEC RENVOI.

Lire la suite